Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

379

Publié le par drink 75

379

Le bus 26 s'arrête juste devant la cave a vins du 379 rue des pyrénées. Depuis qu'ils ont réaménagé la place des grandes rigoles, ils ont bougé l'arrêt, avant l'arrêt était devant la banque juste en haut des escaliers qui descendent vers la place krasucki. Je descends du bus et j'entre dans la boutique. Je prends un faugères et un vacqueyras, je veux me murger la gueule. Je veux boire jusqu'a en perdre la perception de la vie, jusqu'a en oublier que je suis en vie. Boire du vin rouge est la pire saloperie de l'existence, mais c'est aussi la plus belle des choses. Je tutoie l'ivresse de temps en temps, pas tout le temps, une ou deux fois par semaine, quatre ou cinq fois par mois. Parfois la biture, de temps en temps, moins souvent, un ou deux par fois, peut-être trois, peut-être moins, peut-être plus. Je discute avec le caviste du 379 rue des pyrénées, je me demande si on s'en sort financièrement, il y en a tellement maintenant des cavistes dans le quartier, bordel il n'y a plus que ça. D'ailleurs celui du haut du rue de la mare, il a fermé. Mais ça ouvre de partout, il y en un vers le 300 un peu après à la bière comme a la bière, juste un face il y en a un aussi, vers le 300 aussi mais coté impair, a l'angle de la place du guigner à la place du magasin de brocante. J'ai une bouteille dans chaque main et je vais murger tranquillement et lentement, les vins a 14 degrés ne te laissent pas trop le choix, je vais forcément basculer dans l'ivresse, je vais perdre les sens qui me retiennent à la vie, m'embrumer dans des heures d'absence. Je sors de la boutique du 379 rue des pyrénées, je me demande si je vais acheter a manger avant de retourner a l'ivresse, sans doute que je n'aurais jamais dû quitter l'alcool, sans doute que je n'aurais dû revenir à l'alcool. Je vois mon reflet dans la vitre de l'arrêt de bus du 379 rue des pyrénées et j'ai comme l'impression que je ne suis plus tout à fait moi-même; plus tout a fait le même.

Commenter cet article