Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois cent nonante sept

Publié le par drink 75

Trois cent nonante sept

J’attends assis sur un bout de carton devant le trois cent nonante sept rue des pyrénées, tu sais la ou il y a l'arrêt de bus du 26. Les gens parfois me donnent une petite pièce, un peu a manger, les gens parfois. Mon histoire est triste, un peu triste, beaucoup triste, je ne sais pas, je suis assis devant la banque, et j'attends que ma fille sorte de l'école qui se trouve presque en face, pas tout a fait mais presque. J'ai un peu plus de cinquante ans presque soixante, et ma femme dit que ma fille est morte il y a plus de 30 ans. Mais moi je ne le crois pas. Je sais que ce n'est pas vrai. J'aime bien les gens de la rue des pyrénées, ils sont tous gentils avec moi, les employés de banque de la rue des pyrénées, Tout le monde est gentil avec moi comme s'ils savaient que j'attendais ma fille depuis plus de 30 ans à la sortie de l'école d'en face et que je voudrais savoir pour quelles raisons elle ne m'a jamais rejoint. Ici le narrateur doit reprendre le fil de son histoire, vous connaitrez un jour le fin mot de histoire si je puis dire, mais nous n'en sommes pas encore au numéro pair, si d'un côté la rue des pyrénées se termine au numéro 401, de l'autre côté elle ne commence qu'au numéro 360, aussi l'histoire du collège dont parle le narrateur d'un jour n'est pas encore d'actualité. Ma fille, ma petite fille messieurs dames que j'attends depuis tant et tant d'années, ma fille ma petite fille adorée que j'aime et j'aimais tant que j'attends au bas des escaliers de ce collège qui s'appelle maintenant françoise dolto, comment il s'appelait a l'époque il y a trente ans au milieu des années 80, je ne sais pas, je ne sais plus, j'attendais ma fille, ma petite fille, j'attendais que ma petite fille sorte de l'école et je l'attends toujours depuis le trois cent nonante sept de la rue des pyrénnées comme on dit chez nous puisque je suis de liège, je suis belge messieurs dames. Je suis assis sur mon morceau de carton et j'attends que ma petite fille sorte de l'école depuis 30 ans, ma femme est partie depuis bien longtemps, mes amis sont partis depuis bien longtemps. Tout le monde s'est éclipsé depuis bien longtemps. Je l'attends car je sais qu'un jour elle sortira. Je sais bien qu'un jour elle me rejoindra. Assis sur mon morceau de carton, devant la banque du trois cent quatre vingt sept de la rue des pyrénées. Vous n'auriez pas une petite pièce, je vous assure que ça me rendrait service, même une petite pièce. Vous n'auriez pas une petite pièce ?

Commenter cet article