Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

365 rue des pyrénées

Publié le par drink 75

365 rue des pyrénées

Ma fille, ma toute petite fille, dit l'homme qui vit avec sa femme au troisième étage d'un petit appartement du 365 rue des pyrénées alors qu'il berce le nouveau-né dans ses bras, mon enfant, mon tout petit enfant, tu dois me pardonner car tu ne me connaîtras sans doute pas si longtemps, tu dois me pardonner car j'ai bien peur de ne pas être un bon père pour toi, je ne serais sans doute pas à la hauteur, et surtout je ne serais plus la, quand tu auras besoin de moi, je ne serais plus la et je t'en supplie ne m'en veux pas pour ça, je suis trop vieux pour toi il murmure beaucoup trop vieux pour être ton père, mais ta mère te désirait tellement. Ta mère sera toujours près de toi, ne l'oublie pas, s'il te plait, n'oublie pas que c'est à elle que tu dois tout. Je serais mort avant que tu n'aies 20 ans et je te supplie de ne pas m'en vouloir pour ça. Pardonne moi de ne plus être la. Un homme au premier étage regarde par la fenêtre pour regarder la circulation de la rue des pyrénées, les feuilles jaunies des arbres, les gens qui marchent vite pour combattre le froid, un sdf dort dans l'abri anti-atomique qui sert de bureau d'accueil dématérialisé quand vous avez un problème ou une question pour les autolib dont les emplacements sont comme toujours presque vide. L'homme cherche la solution et ne la trouve alors il se pose quelques minutes regardant le bruissement de la rue des pyrénées au-dehors et puis il se rassied et reprend sa grille de sudoku. Une femme compte et recompte les pièces au creux de sa main et se demande ce qu'on peut faire comme course pour 3 euros soixante quinze. Il va lui falloir aller au lidl de la place des fêtes, acheter un paquet de pâtes, nous sommes le quantième du mois elle se demande, et puis elle se dit que c'est de pire en pire, avant elle n'avait plus d'argent juste avant la fin du mois et maintenant c'est quasiment au début du mois qu'elle est a sec. Ne pas sortir ce week-end, ne plus sortir du tout, elle va rester chez elle et arrêter de claquer sa paie dès le début du mois dans des rades et dans des soirées bidons. Elle ne comprends pas pourquoi elle n'a pas d'argent et comment elle en est arrivé la. Elle se demande si elle va s'en sortir un jour mais elle ne le croit pas. L'homme est assis dans sa cuisine, il boit un café, il ne sait pas si c'est bon pour la santé et il s'en fout. Ainsi donc c'est arrivé il se dit, il est comme tout le monde désormais lui aussi il a un cancer. C'est curieux il se dit, je n'avais pas l'impression d'être aussi malade, cette petite douleur dans les poumons, il ne pensait pas que ça prendrait de telles proportions, lui qui ne va jamais chez le médecin, il est comme qui dirait récompensé de sa visite. Elle lui a trouvé un bien beau cancer. Il se dit qu'il va attendre de voir comment cette merde évolue, si c'est grave ou non, il considère qu'il n'est pas nécessaire de harceler son corps pour le tuer avec autre chose. Si c'est trop grave ou trop pénible, il en finira. Il n'a pas de famille, pas d'enfant, ce n'est pas indispensable de s'accrocher plus que de raisons. L'enfant qui vit au premier étage du 365 de la rue des pyrénées, est assise a son bureau, en train de rédiger sa liste de cadeaux. Elle sait que le père noël n'existe pas mais elle joue le jeu car elle voit bien que ça fait plaisir a ses parents. Elle aimerait qu'il neige sur paris, elle aimerait que les buttes chaumont soit recouverte de blanc coton pour y glisser de tout en haut avec un morceau de carton. Son père lui a dit qu'il faisait cela quand il était petit. Elle se demande quand il y aura de la neige. Elle se lève de sa chaise et se poste devant sa fenêtre, elle regarde le ciel, un garçon de sa classe passe en trottinette de l'autre côté de la rue et s'engouffre dans le franprix. Elle retourne s'asseoir pour continuer sa liste. Un sourire se dessine sur son visage alors qu'elle écrit. Dehors il ne neige pas.

Commenter cet article