Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

369

Publié le par drink 75

Au 369 rue des pyrénées, un homme lit un livre ou il est écrit : Il est devenu solitaire. Mais sans jamais se plaindre. Il trouvait qu'il méritait d'être seul. Il disait je me souviens, que la haine de soi est une haine qui se nourrit chaque matin au réveil quand on se regarde dans une glace. L'homme referme le livre et récupère son verre pour boire une gorgée du porto qu'il contient. Au second étage du 369 rue des pyrénées, un jeune homme écoute le dernier disque de taulard. Il adore ce groupe de grenoble, l'album tourne en boucle sur sa platine disque, il regarde les posters au mur de son appartement, il écoute les photos sur le mur en face de son lit, il attend qu'un son sorte de la voix de la femme sur les photos même si ça n'arrivera jamais. De savoir que les choses n'arriveront pas, n'empêche pas de les attendre. Au 369 rue des pyrénées, une jeune fille écrit dans son journal intime comme chaque jour, elle a 16 ans et étudie dans un lycée professionnel, un endroit ou l'on envoie les filles comme elle qui ne feront pas de grandes études, elle vit un peu plus haut dans les hlm de la place des fêtes et si elle se trouve dans ce bel appartement c'est juste parce qu'elle garde la jeune enfant qui fait ses devoirs avant que ses parents ne rentrent, mère qui travaille dans la pub, père dans le graphisme. Des bobos comme ils disent dans les journaux de province pour ne pas dire parisien et ne pas être traité de xénophobe. Un homme fait revenir les oignons tout doucement dans une huile d'olive un peu chaude, il surveille aussi le lapin qui ruisselle dans la cocotte, et il l'humecte d'un peu d'eau pour ne pas qu'il brûle. Sa femme lui passe une main sur les fesses pour qu'il se souvienne qu'elle existe encore. Elle se demande s'il a une maîtresse. Au 369 rue des pyrénées, un homme prend la queue d'un autre homme dans sa bouche en même temps qu'il pose ses mains sur ces pectoraux. L'autre homme gémit et il lui dit des mots cochons pour l'encourager. Il ne faudra pas qu'il se souvienne de n'aimer personne. Aussi. Surtout n'aimer personne. Dans une chambre de bonne du 369 rue des pyrénées, un homme dont la vie n'a plus vraiment d'importance, regarde au-dehors le mouvement de la rue, détend peu a peu son corps et ses muscles, étreint comme ça vient la vie qui n'existe plus. Au 369 rue des pyrénées, des femmes et des enfants, des hommes et des moins que rien, des vies qui se continuent ou qui entament un peu de surplace, au 369 rue des pyrénées on dirait que la vie encore, on dirait que la vie toujours. On dirait que la vie. Malgré tout. La vie malgré tout.

Commenter cet article