Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois cent septante sept

Publié le par drink 75

L'immeuble qui se trouve trois cent septante sept rue des pyrénées forme un arrondi a l'endroit ou la rue vacille un peu sur sa droite pour ensuite aller tout droit vers la place Gambetta pour ensuite descendre tout schuss vers le métro maraîchers pour ne vaciller en bout de course que vers le cours de Vincennes. En face la rue des pyrénées s'interrompt quelque peu pour laisser l'espace a la place des grandes rigoles. Mais nous en reparlerons quand enfin nous commencerons le décompte des numéros pairs de la rue des pyrénées, bientôt, pas tout a fait tout de suite mais bientôt. Dans l'immeuble qui se trouve au trois cent septante sept rue des pyrénées, une femme caresse les seins de sa femme, elles sont toutes deux nues, allongées sous la couette. La femme caresse les tétons de sa femme comme pour se persuader qu'elle ne rêve pas, que tout cela est bien réel. Elle voudrait laisser encore courir sa langue sur tout le corps de l'autre femme, elle a encore envie de s'abreuver de sa peau salée, de sa chatte chaude qui a goût de caramel. L'autre femme est un peu assoupie, ce serait bien que jamais elle ne se réveille. Dans l'immeuble du trois cent septante sept rue des pyrénées, un homme assis dans son fauteuil club acheté en solde a maisons du monde, lit "or noir" le dernier livre publié par dominique manotti à la série noire de gallimard, il entame le chapitre 4, sous-titré mercredi 14 et jeudi 15 mars 1973, mercredi en soirée, nice. C'est le onzième livre de dominique manotti si l'on compte celui co-écrit avec DOA, c'est la quatrième a la série noire. Il contient trois cent trente deux pages si l'on compte la post-face. Au trois cent septante sept rue des pyrénées, une femme compte et recompte, elle regarde son compte bancaire sur l'écran de son ordinateur et calcule que vers le 15 elle sera a découvert et une semaine plus tard, elle aura atteins la limite de son découvert et elle vivra sur ses réserves de nourriture et sur ses tickets restaurant pour la semaine qui précède la paie suivante. Le seul problème par rapport a d'habitude c'est que cette fois nous sommes en décembre et qu'il y a les fêtes de noël. Ou va t'elle trouver l'argent pour offrir les cadeaux de noël ? Demander a sa mère combien ils seront a noël, en espérant que ce soit le chiffre minimum. Cette connerie de noël la fout dans la merde de manière récurrente chaque année. Au trois cent septante sept rue des pyrénées, un homme écoute un album de miossec tout en rêvassant, miossec chante : c'était mieux avant quand on chantait pour les allemands, l'homme se demande ce qui l'attends pour le futur, qu'est ce qui peut encore lui arriver de bien, il est a ce moment de sa vie ou l'on se demande si ça vaut le coup de continuer encore, pour subir les assauts du temps, pour se laisser peu a peu recouvrir par un torrent de boue, pour s'enfoncer dans les sables mouvants, un prélude a la mort. Au trois cent septante sept de la rue des pyrénées, l'enfant se demande quand il pourra vivre tout seul, quand il pourra s'échapper de l'appartement de ses parents, quand il pourra enfin ne plus étouffer ici, quand il sera maître de son destin. Il se rend compte comme il a hâte, il se rend compte comme il veut vivre. Au trois cent septante sept de la rue des pyrénées...

Commenter cet article