Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

343 Rue des pyrénées

Publié le par drink 75

343 Rue des pyrénées

On s'est un peu emballé me dit l'inspecteur, c'est un taré qui frappe sa femme mais je crois pas que ce soit ton type. Commissaire vient me dire un type en civil, je suis pas commissaire je suis capitaine je lui réponds, pourquoi tout le monde vous appelle commissaire il embraye ce con, je hausse les épaules parce que c'est une longue et pénible histoire et que je ne vais pas la raconter maintenant. Tu veux quoi je demande au collègue de la maison poulaga. Capitaine, vous souhaitez voir le gars avant qu'on l'embarque ? Il est dans la pièce a côté. J'entends la sirène des pompiers qui s'éloigne, sans doute en direction de l'hôpital tenon à moins que ce soit en sens inverse vers lariboisière. Elle va s'en sortir ? je demande a l'inspecteur. Pas sûr, il réponds, hémorragie interne. Je vais dans la pièce ou le type a les menottes aux poignets et est assis sur une chaise, encadré par deux flics en uniforme. Vous êtes le mari ? je demande. Il hoche la tête et me regarde presque avec un air de défi et j'ai bien envie de lui fracasser la gueule a coups de poings mais je prends sur moi comme chaque fois et je me dis qu'il faut absolument que je retourne a la piscine pailleron aligner les longueurs pour canaliser la fureur qui m’imprègne depuis quelques temps, depuis que j'ai compris qu'elle ne reviendrait jamais. Je sors de la pièce. Il y a un sacré bordel dans l' appartement et je ne crois absolument pas que le demeuré qui est dans la pièce d'à coté puisse être le meurtrier de louise. Vérifiez son alibi mais je suis presque sur que ce n'est pas lui je glisse a l'inspecteur. Je sors du 345 rue des pyrénées et je franchis le petit groupe de badauds qui semble attendre comme pour faire signer des autographes aux vedettes a la sortie d'un spectacle. Je m'allume une cigarette devant le 343, je me souviens qu'il y a quelques années, c'est juste ici ou au 341 peut-être qu'un représentant des tigres tamoul s'est fait assassiné. Il y a un sit-in chaque année place du guigner juste en face. Je me demande pourquoi le 343 rue des pyrénées me parle. Une vieille affaire sans doute. Le type qui a frappé sa femme a mort sort encadré par des policiers en tenue. Ils l'emmènent ensuite en voiture vers le commissariat du vingtième juste avant la place gambetta. L'inspecteur sort de l'immeuble et vient me rejoindre devant le 343 de la rue des pyrénées. Ce type est un connard, c'est clair, il a fracassé sa femme et il n'a pas appelé les secours, ce sont les voisins qui nous ont prévenu, il m'explique. Je me demande si elle va s'en sortir et même dans ce cas-là; je ne suis pas du tout sur qu'elle porte plainte. Ce gars va s'en sortir si ça se trouve. Je regarde au loin. Ces gars la s'en sortent toujours d'une certaine façon. Je regarde au loin vers le bout de la rue des pyrénées, il souffle un peu de vent, alors que le ciel anthracite se pare d'un léger voile de gris, je pense a louise, je pense a sa mère, je pense a son assassin. Je décline l'offre de l'inspecteur de me ramener au commissariat et je me dirige vers l'appartement de la jeune fille assassinée dans la rue des pyrénées couleur sang.

Commenter cet article