Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

356

Publié le par drink 75

J'entre dans le restaurant japonais qui est situé 376 rue des pyrénées. Je commande des brochettes. Je sors du 387 rue des pyrénées ou a lieu le crime de cette pauvre fille il y a trois jours. La morte 22 ans, une vie étudiante, une vie sans histoire, fille sérieuse comme dirait la mère, pas d'aspérité, même pas un joint dans son appartement, a peine de l'alcool, cette gamine c'est la petite maison dans la prairie. Elle connaissait son assassin, quasi certitude, pas de trace d'effraction pas de trace de lutte. 68 coups de couteaux, un vrai boucher, la plupart post-mortem. Une folie certes, mais une folie clinique, mesurée, pas tant de force que cela dans les multiples coups de couteaux, plutôt la marque d'un homme qui veut larder de son empreinte chaque parcelle du corps de sa maîtresse. Un flash alors que je bois directement au goulot ma bière japonaise, un amant plus vieux qu'elle. Le profil de la fille, pas de père, une fille sérieuse, le genre a sortir avec un homme mûr qui pourrait aussi être son papa. Classique. Louise 22 ans tu avais un prénom prédestiné pour sortir avec un homme plus âge que toi. J'essaie de libérer mon esprit, pour que tout vienne. Bordel, trouver une idée. Pas de petit ami, peu d'ami, une vie rangée auprès de sa mère, d'ailleurs elle est restée vivre près d'elle alors qu'elle quittait l'appartement familial. Pourquoi d'ailleurs ne pas rester vivre avec sa mère ? Éclaircir ce point. Personne n'a rien vu, rien entendu. Personne n'a jamais rien remarqué. Une femme j'ai demandé au doc, est-ce que ça pourrait être une femme ? Oui ça pourrait il a répondu. Une jalousie féminine ? Était-elle lesbienne ? Elle n'était pas vierge en tout cas m'a dis le doc, elle avait connu physiquement un homme. Peut-on connaitre physiquement une femme me suis-je demandé alors que j'ai eu une bouffée d'air pur, de violence, de désespoir, d'amour absolu, de désir incandescent comme chaque fois que je pense a la femme que j'aime et que je ne vois plus. Est ce que je t'ai connu autrement que physiquement ? Un homme âgé, peut-être marié, peut-être que c'est la femme de celui-ci ? Aucune piste rien. Un point commun avec toi c'est tout ce qu'on a pour le meurtrier m'a dit mon adjoint. Il est rouquin ? Non il est gaucher. Au moins il a donné tous les coups de couteaux de la main gauche. Il est peut-être ambidextre, j'ai dis, en me souvenant de ma mère qui après qu'on lui ai attaché la main gauche a l'école se servait un peu des deux mains. Je referme le dossier, rien, pas de piste. 3 jours que cette pauvre gamine est morte et pas de piste. Un crime de rôdeur. Non. Un flash. Pas un rôdeur. Elle connaissait le meurtrier. Un homme. 40 ans. Peut-être 50. Trouver son père. On doit retrouver son père. Je termine ma bière. Louise je vais trouver ton meurtrier. Je prends mon téléphone et je prends la direction du commissariat. Je compose le numéro de la mère de louise. Je dois lui annoncer que l'on va lui rendre le corps de sa fille. Je dois lui annoncer que l'enquête n'avance pas.

Commenter cet article