Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

340 rue des pyrénées

Publié le par drink 75

340 rue des pyrénées

C'est comment le 340 rue des pyrénées ? On s'en fout non ? C'est juste avant la place des grandes rigoles, juste avant la boutique de fringue pas cher. Une femme vide des verres dans je ne sais plus quel appartement de je ne sais plus quel étage. Un homme vomit dans le même appartement, la gueule dans la cuvette des chiottes. Un homme lèche la chatte d'une femme sur une moquette un peu sale d'un autre appartement. Elle gémit un peu mécaniquement pour que l'homme ait l'impression de lui donner du plaisir. Quelqu'un d'autre, dans un autre appartement, un homme donc se demande en regardant par la fenêtre la rue des pyrénées si un jour il arrivera enfin a se jeter par la fenêtre. Une femme mange une salade avec de l'avocat coupé en lamelles, une sucrine découpée finement, du blanc de poulet coupé en cubes, un peu de raisin, du concombre en tranches fines, du poivron, du rouge, du vert, et puis d'autres petites choses encore que j'ai oublié. Un homme se branle en regardant un film pornographique sur un écran d'ordinateur, il aimerait a penser que les femmes avec des seins énormes et des lèvres pulpeuses aiment entendre des insanités et se faire limer pendant des heures comme si le rapport sexuel était une sorte d'histoire sans fin. Une vieille femme se couche en se demandant si elle va se réveiller le lendemain, c'est comme une sourde angoisse désormais, comme s'il fallait continuer de vivre encore et encore, alors la nuit l'angoisse. Un homme tient un livre de mark haskell smith entre ses mains qui s'appelle défoncé, il fume un pétard bien chargé en le lisant comme pour mieux s'identifier aux personnages du livre, ses yeux courent sur les pages comme si l'herbe lui donnait une énergie soudaine. Un homme remplit une machine a laver de linge sale dans un appartement de l'immeuble du 340 rue des pyrénées, je ne sais plus dans quel appartement, ni a quel étage, il évite de mettre le blanc dans le tambour, mais il insère tout le reste de son linge sans trop se prendre la tête. Un homme appuie sur le bouton d'alarme de l'ascenseur, il espère ne pas rester trop longtemps coincé, il n'a rien a faire et personne ne l'attends mais il n'a pas très envie de rester enfermé. Des femmes, des hommes, des appartements, des destins vides et vains. C'est peut-être tout en fin de de compte. La vie du 340 rue des pyrénées. C'est peut-être rien. La vie au 340 rue des pyrénées. C'est peut-être tout.

Commenter cet article