Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

271 rue des pyrénées

Publié le par drink 75

 

Il s'assied a  une table qui donne sur la rue villiers de l'isle adam. Ils ont refait le café pendant l'été, sans doute pour augmenter les prix de la carte du restaurant. Commande une bière. Il la voit encore se dit-il alors que le serveur la dépose sur la table. La terrasse en face est pleine de ses nouveaux habitants du quartier, les garçons ont la barbe, les filles sont habillées avec des fringues qui se veulent anciennes ou usées mais dont il est presque certain qu'elles coûtent un bras. Les vieux qu'il fréquente gueulent contre les nouveaux arrivants, que les prix des commerces augmentent, que ce n'est plus un quartier populaire. Mais ceux qui sont propriétaires ne crachent pas sur le fric quand ils découvrent que leur vieil appartement pourri vaut une fortune. Le café d'en face, sa terrasse, elle est toujours pleine. Les ours c'était vraiment un nom bizarre pour un rade. Dans le rade du 271 il n'y a quasiment pas de terrasse, quelques tables rondes pour que les gens puissent fumer. Il se dit qu'il va fumer de nouveau une cigarette avant de ne plus voir. Il prend son petit bloc et son stylo. Ce n'est rien mais il se dit que c'est formidable de pouvoir encore écrire. Lire. Le matin il s'est aperçu que la perte de la vue était du domaine de l'indicible mais qu'elle était bien réelle. Dans quelques mois je serais aveugle, l'année prochaine sans doute je n'y verrais plus se dit-il. Cette phrase lui semble incongrue. Comment va t'il faire. Aller dans un établissement spécialisé vu qu'il est seul, tout seul. Après cette bière, il ira se promener dans le cimetière père lachaise, comme pour s'habituer a sa propre mort. Il aimerait revoir cette femme qu'il a tant aimé, mais comment ne pas tomber dans le pathos, comment ne pas retourner dans le mièvre, comment lui expliquer que 20 ans après il voulait la revoir car bientôt il n'y verra plus. C'est un peu comme quand on va mourir, on se dit quand on y pense avant, que l'on fera toutes ces choses que l'on a rêvé de faire et en fait on ne fait rien. On reste assis sur sa chaise a regarder passer les voitures dans la rue en bas. Il aimerait revoir bruxelles, liège, il aimerait revoir le jeu de balle et outremeuse, et peut-être prague, porto. Oui il aimerait revoir une dernière fois et dire adieu a une femme qu'il ne reverra jamais. Mais il va juste sortir de ce rade, prendre la rue villiers de l'isle adam jusqu'a la place martin nadaud, descendre l'avenue gambetta, longer le cimetière pour y rentrer par l'entrée principale et après l'avoir traversé et ressortir par la place gambetta. Il a l'impression que si le médecin lui avait qu'il allait bientôt mourir, il aurait su quoi faire. Mais devenir aveugle. Lui si solitaire, qui ne parle parfois pas pendant des jours a d'autres personnes, lui qui ne fait que lire et errer depuis qu'il est a la retraite, qu'est ce qu'il va pouvoir faire ? Devenir aveugle ce n'est pas un truc auquel il est vraiment préparé.

Commenter cet article