Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

274 Rue des pyrénées

Publié le par drink 75

Une femme vend un des ces journaux pour les sans-abris, appuyée contre l'arbre qui est a l'angle des rues des pyrénées et de ménilmontant, elle est présente tout les jours, dans une sorte de pose christique, les journaux posés sur ses avant-bras, comme sur un étalage. C'était il y a combien d' années la mode des journaux pour les sdf, on en voit plus, presque plus, c'était il y a 10 ans, il y a 20 ans, il y a un siècle. C'était quand les pauvres étaient encore un peu la mode, avant que l'on s'aperçoive qu'ils étaient vraiment pauvres, vraiment sales, vraiment différents. La femme reste toute la journée, droite comme un i, à côté du truc moche ou les gens viennent jeter leurs bouteilles vides. Je n'ai jamais vu quelqu'un lui acheter son journal. Mais ça doit bien arriver. Souvent des gens lui parlent, surtout les petits vieux qui viennent faire les courses tout les jours, parfois quelqu'un lui donne un produit acheté dans le magasin. Un sac de pâtes, un sac de riz, un je ne sais quoi. Je ne lui ai jamais parlé, jamais, je ne la salue même pas, je la regarde ou pas d'un air impersonnel, sans doute que je ne suis pas quelqu'un bien. Mon pote c'est le polonais souvent bourré, qui est un peu plus loin et qui rentre parfois dans le carrefour market quand il a assez de ferrailles pour acheter une bouteille. Il y a toujours un peu de bruit ici, le carrefour n'est pas pratique pour les bagnoles, alors ça klaxonne, surtout que devant le carrefour il y a toujours des camions énormes qui dégueulent leurs victuaille. et puis les 26 a soufflet qui bloque tout quand ils sont coincés, et même parfois le 96 depuis que la rue de ménilmontant s'effondre et que le circulation est coupé dans le sens de la montée, le 96 passe par père lachaise et gambetta et quand il tourne pour reprendre la rue des pyrénées c'est un peu le bordel. La femme ne bouge pas, elle est sans âge, sans origine, elle est droite contre son arbre devant le 274 rue des pyrénées. Droite comme la pauvreté, toute droite.

Commenter cet article