Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

265 rue des pyrénées

Publié le par drink 75

Un homme passe l'entrée de l'immeuble du 265 rue des pyrénées, curieusement petite la porte, l'entrée de l'immeuble semble comme coincé entre deux boutiques. Dont l'une s'appelle mistinguett. L'homme entre, longe les boîtes aux lettres et prend la direction de l'escalier pour rejoindre une femme au troisième étage droite. Un adolescent regarde une femme qui lèche les couilles d'un homme sur l'écran de son ordinateur au cinquième étage. Il descend sa fermeture éclair, il lui semble qu'il a envie de se branler toute la journée, il lui semble qu'il n'y a que le sexe dans la vie. Faudrait juste penser a trouver des gonzesses qui sont comme dans les films, qui veulent baiser et baiser encore. Une femme se lève et secoue ses bras et ses jambes pour les détendre après avoir terminé sa séance de yoga au premier étage du 265 de la rue des pyrénées. Elle attrape le petit tapis posé a terre qu'elle enroule et va le ranger dans un placard. Elle ouvre la porte de son réfrigérateur et choisit un jus a base de canneberge, une boisson saine et biologique qui va lui permettre de supporter ensuite les méandres de sa vie professionnelle. Un homme, jeune, mal rasé, bat le rythme de la musique qu'il écoute, les bras heurtant les peaux d'une batterie invisible. Il colle le papier pour parachever le pétard qu'il vient de se préparer. Il a besoin de cela pour entamer la journée qui se prépare, les transports a la con, le boulot de merde, les chefs débiles, enfin tout ce merdier quoi. Une femme sort de son appartement et claque la porte. En fermant la porte a clés de son appartement du quatrième étage du 265 de la rue des pyrénées, elle se dit qu'aujourd'hui au travail, elle va rompre avec son collègue. Un amant, en plus de ses enfants, de son mari, de son boulot, c'est juste plus possible a gérer. S'il le prend mal, elle se fera muter dans une autre structure pour ne plus le voir, ce ne doit pas être difficile. Un homme relit la lettre qu'il a jeté a terre la veille avant de se coucher, cette lettre qui annonce la mort de ce père qu'il n'a jamais connu. Il a rêvé la nuit, et se demande comment on peut encore prévenir les gens par lettre que leur père est mort, il n'a aucune envie de rencontrer cette demi-soeur a l'écriture vieillotte qui lui annonce cette nouvelle inopinée. L'homme frappe a la porte du troisième étage ou une femme l'attends. Mais personne ne vient ouvrir la porte. Il semble que personne ne veuille ouvrir la porte.

Commenter cet article