Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

239 Rue des pyrénées

Publié le par drink 75

 

Une femme se promène entre les rayonnages du comptoir des mots, elle aime bien cette librairie du 239 rue des pyrénées, elle vient souvent le dimanche matin, elle regarde parfois les commentaires des libraires accrochés a la couverture des bouquins. Elle lit le commentaire sur le dernier despentes qui est dithyrambique. Le premier vernon subutex l'avait enthousiasmé, elle l'avait lu d'une traite l'été dernier dans le jardin de son père près du lac d'annecy, assis dans un transat a l'ombre. Le second l'avait gonflé, un pensum chiant et sans âme, a bout de souffle. Alors la jeune femme regarde la couverture du livre et se demande si ça vaut vraiment le coup d'acheter le troisième volume ? Un des libraires regarde un listing des parutions a venir dans la librairie du 239 rue des pyrénées, son oeil accroche sur  : "tout est brisé" de william boyle a paraître en septembre chez gallmeister. Le premier william boyle qui s'appelait gravesend du nom du quartier de new york ou se situe l'action du livre l'avait enthousiasmé. Le numéro 1000 de rivages/noirs. Depuis françois guérif l'éditeur mythique et créateur de rivages noirs avait quitté rivages pour rejoindre gallmeister. Boyle l'avait suivi chez cet éditeur. Un jeune homme justement se promène dans le rayon polar et regarde les dernières parutions en poche, il y a un nouveau anne hillerman. La fille du grand tony hillerman a reprit le flambeau, c'est assez troublant. Assez réussi. Il tombe en arrêt en regardant les nouveautés en rivages thriller. Il y a un nouveau hugues pagan. Bordel ça fait combien ? 20 ans que pagan n'a pas publié. En gros depuis qu'il lit, il a toujours lu des vieux pagan c'est la première fois que sort un nouveau pagan alors qu'il est adulte. Bordel un nouveau pagan il marmonne. Un homme a côté de lui dans la librairie du 239 de la rue des pyrénées prend un livre qui vient d'être publié. Duane swierczynski : canary. Il aime bien deux choses chez cet auteur, d'abord c'est du hard-boiled a l'ancienne, pas des histoires de serial killer a la con ou on empile les morts pour cacher son absence de style. Et c'est toujours une nouvelle histoire, pas les sempiternelles séries avec le même personnage. Une femme tourne les pages de l'infinie comedie de foster wallace. Ce livre lui faisait peur. 1467 pages et foster wallace n'était pas le plus simple des auteurs. Un ami lui avait dit qu'il fallait deux a trois heures de lecture par jour pendant un mois pour en venir a bout. Une année sabbatique voila ce qui lui faudrait. Elle devait lire l'infinie comédie avant de mourir. Ce serait bien avant de mourir.

Commenter cet article