Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

231 Rue des pyrénées

Publié le par drink 75

 

Au 231 de la rue des pyrénées, un homme regarde un match de rugby sur sa petite télévision dans son petit appartement, il aime bien regarder du rugby féminin qui lui rappelle celui qu'il pratiquait dans les années 80 et même s'il y a des fautes techniques, il retrouve la fraîcheur qu'il y avait dans le rugby masculin quand on était pas encore professionnel, et quand le dopage consistait a mettre du sucre dans son vin. Ce n'est pas que le rugby qui a perdu sa fraîcheur, c'est toute la vie, quand on pensait au futur on pensait a l'impossible, regarder du rugby ça le replongeait dans ses années 80, rien n'était bien sans doute, on voulait vieillir, on s'emmerdait, les parents nous emmerdaient et on voulait partir, mais maintenant on y était, la vie avait fait son oeuvre, on avait vieilli très mal, très vite, et tout serait bientôt fini, un petit cancer et tout serait fini, c'était ainsi. Au 231 de la rue des pyrénées, assis dans son canapé, dans un appartement du troisième étage, une femme lit un livre de sam shepard paru chez christian bourgois. Quand elle a entendue la nouvelle de la mort de sam shepard, elle a eu comme une bouffée de nostalgie, elle s'est souvenue qu'elle avait un livre de lui dans sa bibliothèque, et c'était une pièce de théatre, fool for love, c'était devenue un film de robert altman avec kim basinger et shepard lui-même, aucun souvenir. Harry dean stanton aussi, tellement années 80. La femme qui tutoie la cinquantaine se souvient surtout de tout les écrivains publiés chez christian bourgois : john fante, brautigan, jim harrison, tabucchi, et tant d'autres encore. Elle n'achetait plus tellement de livres chez bourgois, elle n'achetait plus que des livres en poche de toutes façons, le dernier livre qu'elle avait du acheter chez bourgois c'était dan fante, le fils de john. Il était mort lui aussi. Tout le monde mourrait. Tout mourrait, les souvenirs comme les gens. Au 231 de la rue des pyrénées, dans son appartement du rez de chaussée qui donne sur la cour, un homme écoute un vinyl de marquis de sade qui vient d'être reédité et qu'il vient d'acheter. Il écoute l'album rue de siam, le second et dernier du groupe. Il n'a pas acheté de places pour le concert de reformation, le soi-disant unique concert de reformation de marquis de sade a rennes. Il a peur du retour en arrière, rennes, philippe pascal, franck darcel, la salle de la cité. Déjà que chaque fois qu'il va a rennes, il a l'impression de prendre un shoot années 80. Il va encore presque chaque année aux transmusicales mais ce sont des groupes un peu nouveau. Rennes, marquis de sade, philippe pascal. Bordel la trilogie années 80, ça sentait le sapin, ça sentait vraiment le sapin.

Commenter cet article